Bienvenue dans ma saga « ET SI … » Ces articles viendront s’intercaler régulièrement au milieu de mon histoire personnelle. Histoire que je publie chaque semaine sur mon parcours de résilience avec ma sclérose en plaques. Ils ont pour idée de vous présenter les différentes thérapies, médecines, modes de vie, manières de penser que j’ai essayés. Certains seront plus farfelus que d’autres, certains seront tirés de ma propre expérience, d’autres de lectures qui m’ont inspirées, de retour de mes lecteurs… 
Alors, n’hésitez pas à interagir, à commenter, à partager si vous avez déjà essayé ou si cela vous parle 🙂

Courir, courir, courir …

 

Je ne sais pas si c’est lié à notre génération, au mode de vie actuel, aux pressions extérieures aussi bien sur le plan professionnel que personnel, mais j’ai l’impression d’être sans cesse en activité. J’ai même l’impression d’avoir perdu l’habitude de m’ennuyer.

Je ne sais pas si cela vous ressentez  la même chose. . On parle de plus en plus de développement personnel, mais cela nous enjoint aussi à courir à nos séances de yoga, à trouver le temps de méditer … au milieu d’une vie déjà trépidante.

Avant je ne m’écoutais pas, je me disais sans cesse que je ne pouvais pas rater telle soirée, tel moment avec mes amis, telle opportunité dans mon travail … et ça aussi et puis ça …

 

Quand mon corps me dit d’arrêter

 

Jusqu’à ce que je ressente la surcharge émotionnelle, le surmenage ! Je ne savais pas m’arrêter ! Il fallait quelque part que mon corps s’exprime. Et il m’en a fallu du tout pour l’écouter ! Une fois dépassée la peur de ma sclérose en plaques, cela m’a aussi permit de prendre en compte l’importance d’une telle écoute !

Alors, j’ai décidé de prendre du temps pour moi, tous les jours ! De mettre en place cette hygiène de vie coûte que coûte ! Et surtout, j’ai décidé que ce moment de pause serait aussi un moment d’introspection.

 

Mon outil préféré : les pages du matin !

 

Dernièrement, lors d’un stage de bilan professionnel, j’ai découvert un outil qui m’aide beaucoup aujourd’hui. Cela s’appelle : les pages du matin et cette expression vient de Julia Cameroun. A l’origine, il s’agit d’un outil pour développer sa créativité (et j’en reparlerai à l’occasion d’un article sur le sujet).

En l’occurrence, il convient d’écrire, tous les matins, trois pages dans un carnet. Pourquoi trois pages ? Car généralement :

-> lors de la première page, vous écrivez ce qui vous passe par la tête

-> lors de la deuxième page, vous vous rendez compte que vous ne savez plus quoi dire

-> lors de la troisième page, il se passe quelque chose : c’est bien souvent votre inconscient qui resurgit et des idées, émotions, mouvements intérieurs remontent.

 

L’idée est donc de se forcer à écrire ces trois pages  et, par la suite, de ne plus vous relire. Le lendemain, cela sera trois nouvelles pages sans aucun lien avec les précédentes.

Je dois vous avouer que je suis incapable de faire cet exercice le matin, même si cela est conseillé. Mon sommeil est plus important ! Et cela rejoint l’article sur ce l’écoute de son corps. A force de m’écouter, je me suis rendue compte que j’étais plus du soir que du matin.

 

Un vrai outil de développement personnel

Mais il est vrai que, depuis un an, depuis que j’ai mis en place ce moment qui n’appartient qu’à moi, j’y ai trouvé un certain apaisement. J’y écris mes émotions de la journée, mes frustrations, mes joies, mes peurs, mes idées …

Au delà de la notion de développement personnel, cela permet aussi beaucoup de libérer notre créativité, nos désirs cachés. 

C’est d’ailleurs de là que m’est (re)venue cette envie d’écrire mon histoire, c’est de là qu’est partie mon idée de blog puis de podcasts. C’est grâce à ces pages que l’idée de ma saga ET SI est née.

Et, comme dans l’exemple du yoga, dans mes activités, il y a de nombreuses choses que j’aime faire : à commencer par mon activité de blogueuse et toutes les tâches qui s’y rapportent. D’une certaine façon, pour commencer, il est déjà là le temps pour moi ! Dans mon désir de développement personnel, il y a ce moment où je fais des activités qui me nourrissent. A travers mon blog, ma page Facebook et les rencontres que cela me permet de faire.

 

C’est grâce à ces pages que, chaque jour, je rencontre pendant 15 minutes ma soupape de décompression. Et surtout que je me rencontre, dans toute mon intériorité.

 

Et vous ? Prenez-vous des moments pour vous ? Quel est votre outil ?

 

Retrouvez le LIVE Facebook ici :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :