HISTOIRE / Atteinte de la sclérose en plaques depuis mes 23 ans, j’ai toujours refusé tout traitement allopathique et me suis orientée vers un chemin thérapeutique moins conventionnel. Après un long parcours rempli de hauts et de bas, je vis aujourd’hui en harmonie avec celle que je nomme ma meilleure ennemie. C’est ce chemin que je souhaite partager pour présenter une expérience, emprunte de résilience, et une autre façon de percevoir les épreuves que nous traversons. Car, au final, elles sont souvent des messages pour apprendre à mieux nous connaître et trouver le moyen de vivre en phase avec nous-mêmes.

 

Cet article ne s’inscrit pas dans le fil de l’histoire. Il relate plutôt une anecdote qui m’est arrivée dernièrement.

 

Pourquoi j’ai tardé à oser raconter mon histoire

 

J’ai mis si longtemps à venir écrire tout cela. Ce n’est pas faute d’avoir essayé plusieurs fois, mais je sais aujourd’hui que je n’avais pas le recul et la maturité pour faire ce que je fais aujourd’hui.

La raison aussi pour laquelle je n’ai jamais osé me confronter à d’autres personnes touchées par la même maladie que moi, voire d’autres maladies, c’est que je n’aurais pas su comment expliquer la manière dont j’ai choisi de me soigner. La réaction du neurologue à Montpellier, en 2009, grand ponte de la sclérose en plaques alors qu’à cette époque j’avais seulement découvert l’acupuncture, m’a fait me cacher pendant des années. Mes amis, ma famille, tout le monde doutait du chemin que je suivais même s’ils n’osaient pas me le dire en face. Face aux maladies, beaucoup de personnes ne savent tellement pas comment se comporter. Cela fait partie des plus grandes peurs, avec la mort d’un être cher, de l’être humain.

Voyant que je ne faisais plus de poussées, que j’allais mieux, mes proches se sont apaisés autour de moi. Moi j’étais encore fébrile, j’y pensais souvent mais la Terreur m’avait quittée. Et plus j’avançais dans mon chemin thérapeutique, mieux je me portais. Et plus je m’apaisais.

 

Une décision pleine de sens

Venir vous raconter ce chemin non conventionnel a certainement été mon plus gros combat contre moi-même. Pas d’écrire mon histoire, mais d’oser la publier, d’oser dire sur les réseaux sociaux : OUI, je me suis soignée autrement, OUI j’ai refusé la médecine allopathique, OUI je crois en la relation Corps/Esprit et OUI, je suis convaincue que mon chemin est le bon pour moi. Et OUI, j’ose en parler sans plus avoir peur que l’on me prenne pour une affabulatrice.

Alors bien sûr, comme j’avais publié au début, le syndrome de l’imposteur est toujours bien présent (on ne perd pas ses bonnes vieilles habitudes …) mais, ironiquement (et c’est pour ça que je trouve que la vie peut toujours vous surprendre), c’est par le biais d’un autre neurologue que ce syndrome s’est apaisé.

 

Un neurologue pas si commun

 

neurologue

 

Alors que je publiais mon histoire sur facebook et essayais de communiquer sur mon message d’espoir, ce médecin est venu me contacter, souhaitant échanger sur la manière dont je me soignais. Nous nous sommes appelés et je me suis retrouvée avec une personne du corps médical, complètement en phase avec mon discours.

Ce neurologue m’exprimait son désarroi face à la fermeture de ses confrères, le fait qu’il souhaitait ardemment pouvoir proposer une autre approche, notamment pour la sclérose en plaques. Mais que s’il le faisait en tant que neurologue, il pourrait être radié de l’ordre des médecins. Alors, actuellement, il suit une formation pour pouvoir avoir une casquette de naturopathe et pouvoir s’exprimer plus librement en proposant aussi d’autres formes de thérapies en fonction du besoin du patient.

C’est sûr que si j’avais rencontré un tel neurologue en 2009, les choses auraient été bien différentes … Mais, bon, mon chemin était d’en passer par là et c’est certainement tous ces obstacles qui font que je peux témoigner aujourd’hui.

Je ne sais pas ce que cela vous évoque. Mais, pour ma part, cela me donne de l’espoir de voir que certains médecins commencent à s’intéresser à une manière d’appréhender les maladies …

Catégories : Autres articles

5 commentaires

jack22 · 12/04/2018 à 08:19

oui il y a plusieurs approches de se soigner , autre que par les traitements sous protocole (cobaye) que beaucoup de neurologues cherchent à étendre ,c’est leur fond de commerce au service de groupes pharmaceutiques avant peut être celui du malade ? toutes les voies sont à explorer !

    Lisa · 14/04/2018 à 18:19

    Disons que les laboratoires pharmaceutiques ont tout pouvoir, que beaucoup de neurologues suivent ce qui se dit et aussi sont plus centrés sur la Science, les expériences. Ceux qui veulent regarder aussi une autre façon ne peuvent pas le clamer haut et fort sous risque d’être radiés du corps médical. Il y a une sorte de code à respecter.
    Il est vrai aussi que cette façon de voir divise entre les personnes très cartésiennes et les personnes qui le sont moins.
    C’est un long sujet. Je pense aussi qu’une personne très cartésienne, fermée aux médecines parallèle, ne verra aucun effet en acupuncture. Car cela demande un certain lâcher prise, une confiance et une sensibilité à ces formes là.
    Tout peut s’explorer. A chacun de trouver la voie qui lui correspond 🙂

anahitapoulzadeh · 23/05/2018 à 22:25

Ce n’est pas la maladie ou l’infirmité qui guérit, mais la personne. Eric Pearl La reconnexion.

Emmanuelle · 06/06/2018 à 14:30

Avant tout mes felicitations,excuse a cause des phautes d’ortographe,je suis Française en Espagne.Je suis sans medicaments….mais ça va pas trop….les Neurologues…mon fait beaucoup de mal emotionellement…j’ai 47 ans….ça a commencé apres mon divorçe et la mort du mari de ma soeur….je suis seule….et je m’engoisse beaucoup et ça me fait du mal a chaque fois….je suis entrain de penser a faire le protocolle Coimbra….dosse très hautes de vit D…mais j’ais des douttes parceque l’emotionelle ne va pas bien….et c’est très important…..alors je tourne en rond…je me d’éprime….etc….j’aissaye de continué mais mes jambes vont de mal en pire….completement perdue,….j’aime te lire et voir que beaucoup de gens ont pue faire quelquechose….Merçi

    Lisa · 08/06/2018 à 16:52

    Bonjour Emmanuelle,
    Merci beaucoup pour ton message et ta confiance. Ton récit est touchant ! Comment fais-tu en sorte de pouvoir surmonter toute cette souffrance ? As-tu la possibilité de te faire accompagner d’un point de vue thérapeutique ? Il n’est pas étonnant qu’émotionnellement ce soit difficile après de telles épreuves. Il y a beaucoup d’émotions à libérer et parfois, elles font très peur ! Et plus nous les gardons en nous, plus elles s’impriment dans notre corps … Quelle porte de sortie as-tu pour prendre soin de toi ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :