Une question de confiance en soi ?

 

Vous connaissez certainement tous ce moment où votre manager vous demande de faire quelque chose en plus, alors que vous êtes déjà sous l’eau et vous savez que cela pourrait être la goutte d’eau qui ferait déborder le vase. Vous êtes épuisé(e), vous sentez votre estomac se nouer face à cette nouvelle demande. Vous savez ce que vous valez dans votre travail, votre entreprise le sait et le fait de refuser ne vous mettrait pas en porte-à-faux. Il s’agit juste de pouvoir s’affirmer.

Pourtant vous n’osez pas franchir le cap. Autour de vous, certains de vos collègues n’éprouvent aucune difficulté à dire NON. D’ailleurs, à chaque fois, vous êtes étonnés de voir comment cela est simple pour eux et le fait que personne ne réfute leur décision. Mais une partie de vous doute …

 

Petite boule au ventre

 

Dernièrement, j’ai réussi à passer une nouvelle étape dans le fait de s’affirmer et de prendre confiance en soi. Je tenais à vous le faire partager !

En règle générale, ma boule au ventre et moi-même avons cette tendance à réagir à chaud : soit nous refusons en écrivant un mail plein d’émotions, plein d’explications sur le pourquoi du comment c’est impossible, perdant au passage notre interlocuteur. Ce dernier finit souvent par trouver LA faille du mail pour finir par nous faire plier et faire passer son exigence. Soit nous acceptons et ma boule au ventre grossit, grossit, grossit pendant que j’enrage sur mon incapacité à dire non.

C’était une de ces journées … Sauf que, pour la première fois, j’ai laissé passer du temps avant de répondre à l’email qui posait LA question. Je me suis recentrée et me suis demandée pourquoi j’étais prête à dire Oui alors que tout mon être criait NON. Au travail, la raison est souvent la même : peur d’être mal vu, de passer à côté de la prochaine promotion, se dire que l’on approche de son entretien annuel. Pourtant, je savais que mon refus ne changerait rien à tout ça. Alors c’était quoi ? La culpabilité ? La peur de décevoir ? Ou était–ce un problème de confiance en soi ?

 

Le NON comme une évidence

 

Et puis, j’ai pris un moment pour penser à mon mail de réponse. Ma première réponse avait été floue, je n’étais pas SURE de vouloir refuser. Pour être plus claire, je savais que je voulais refuser cette demande mais je ne l’incarnais pas. Je craignais les répercussions, les jugements, l’énervement de mon manager … Il y avait de la place pour insister.

Mon mail ressemblait à quelque chose comme ça « Non, ce n’est pas possible parce que tu comprends, c’est vraiment trop difficile mais en même temps c’est parce que la dernière fois, tu comprends, alors bon, cette fois-ci, je ne suis pas sûre que ce soit possible, peut être la prochaine fois mais bon, si vraiment il n’y a personne d’autre …etc… » Au fond de moi, j’espérais que mon manager lirait le NON. D’ailleurs, il avait été mis en premier dans ma mail intentionnellement, ce qui avait été une grosse erreur, puisque noyé dans le flot d’informations, il avait été complètement zapé.

Suite à son insistance, et ma boule au ventre ne me laissant pas de répit, je décidais cette fois-ci d’écrire un mail dans lequel je ne laisserais aucune place. Une réponse telle que « NON, parce que, point ! » J’incarnais mon NON ! C’était comme ça et pas autrement et pourtant, c’était dit (ou écrit) sans aucune agressivité. Je le ressentais tellement fortement que la personne en face ne pouvait pas le contourner. J’évitais de me perdre dans mes justifications, pleines de culpabilité et je restais factuelle sur la raison de mon refus. J’imagine que c’est ça « s’affirmer ».

Et bien évidemment, cela fut accepté. J’eus même le droit à un « Je comprends. »

Apprendre à dire NON entre dans le domaine de l’assertivité, c’est-à-dire l’affirmation ou la confiance en soi. Je trouve que s’affirmer est un acte vraiment difficile lorsque nous n’y sommes pas habitués. Mais c’est un exercice qui devient de plus en plus facile au fur et à mesure qu’on le pratique. Pour ma part, j’essaie désormais de souvent prendre un temps de pause pour voir si ma boule au ventre se manifeste. Si c’est le cas, c’est que quelque chose ne résonne pas juste pour moi et je m’efforce de rester rationnelle et factuelle dans la raison de mon refus. Mais je vous en reparlerai très certainement … 🙂

Et vous, avez-vous du mal à dire non ?

Catégories : Autres articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :